Nouveauté
Jean Christophe Portes
Les enquêtes de Victor Dauterive
«Victor Dauterive, un enquêteur sous la Révolution»

Liens et références

Pour écrire ce la premier volet de cette série, « l’affaire des corps sans tête », de nombreuses sources ont été mises à contribution.

En voici une liste presque exhaustive.

Sur l’histoire générale de la révolution

« Cercles politiques et salons du début de la Révolution », « Les hommes de l’ombre », « La corruption sous la terreur » par Olivier Blanc.

« Histoire de la Révolution française » de Adolphe Thiers.

« Histoire des Girondins » d’Alphonse de Lamartine.

« Histoire socialiste de la Révolution française » de Jean Jaurès. 

« La fête révolutionnaire : 1789-1799 » de Mona Ozouf.

« La Révolution française » de Albert Mathiez. 

« La Révolution française » de Albert Soboul. 

« La Révolution française » de François Furet et Denis Richet

« Révolution française, tomes I et II » de Max Gallo.

« La Révolution française » de Pierre Gaxotte.

Personnages historiques

« Ainsi soit Olympe de Gouges » de Benoîte Groult.

« Journaliste, sans-culotte et thermidorien : le fils de Fréron », de Raoul Arnaud (1909).

« Lafayette » de Bernard VIncent.

« La Fayette » de Gonague Saint Bris

« La Fayette » de Étienne Taillemite.

« L’homme Robespierre » de Max Gallo.

« Louis XVI, tomes I et II » de Jean-Christian Petitfils.

« Marie-Antoinette » de Stefan Zweig.

« Olympe de Gouges, des droits de la femme à la guillotine » de Olivier Blanc.

« Philippe Égalité » de Evelyne Lever.

« Robespierre » de Albert Mathiez.

« Robespierre » de Jean Massin.

« Stanislas Maillard, l’homme du 2 septembre 1792 », de  Alexandre Sorel (1862).

Police, justice, garde nationale

« Flagrants délits sur les Champs-Élysées. Les dossier de police du gardien Federici (1777-1791) ».

« Grand plaidoyer au tribunal de police pour les vainqueurs de la Bastille contre les mouchards » (1791).

« Histoire de la garde Nationale », du général Emile De Labédollière (1848).

« Histoire de la Maréchaussée et de la Gendarmerie » de Louis Larrieu. 

« Histoire des institutions publiques de la France de 1789 à nos jours » de Pierre Villard. (Dalloz).

« Histoire du droit pénal et de la justice criminelle » de Jean-Marie Carbasse.

« La garde nationale, 1789-1872 » de Roger Dupuy.

« La police de Paris en 1770, mémoire inédit composé par ordre de G.De Sartine » 

« Le Châtelet de Paris, son organisation, des privilèges », de Charles Desmaze (1863).

« Paris qui souffre, les prisons de Paris », de Adolphe Guillot, juge d’instruction à Paris (1890).

« Registre criminel du Châtelet de Paris » (1861).

« Suite de la procédure criminelle instruite au Châtelet de Paris sur la journée du 6 octobre 1789 » (1790).

Vie quotidienne

« Archives du corps. La santé au XIXeme siècle » de Jacques Léonard

« Cercles politiques et salons du début de la Révolution » de Olivier Blanc.

« Dictionnaire d’argot, par un Monsieur comme il faut, ex-pensionnaire de Sainte-Pélagie » (1827)

« La cuisinière bourgeoise, à l’usage de tous ceux qui se mêlent de la dépense des maisons » (1815)

« Le rôle et la condition des domestiques dans Paris au XVIIème et XVIIIème siècles » de Jean-François Meslin (université de Sherbrooke, 2008)

« Les nuits de Paris » de Restif de Le Bretonne

« Mémoires », « Les voleurs » de Eugène-François Vidocq.

« Tableau de Paris », « Le nouveau Paris », de Louis-Sébastien Mercier

« Vivre dans la rue au XVIIIeme siècle », « La vie fragile », de Arlette Farge.

Paris et autres lieux

« Actes de la commune de Paris » (du 9 octobre 1790 au 19 aout 1792).

« Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France », de l’abbé Expilly (1768).

« La France économique et sociale au XVIIIème siècle », de Henri Sée (1925).

« Promenades dans toutes les rues de Paris », du marquis de Rochegude (1910)

« Versailles, ville du roi, 1770-1789 » (1935).

Transports

« Histoire d’une famille de Maître de Poste », de Paul Charbon, de la société d’histoire de la Poste.

« Le maître de poste et le messager » de Patrick Marchand.

Le comité de liquidation de la dette

« Rapport sur le comité de liquidation sur la dette ancienne », par Jean de Batz, baron de Nérac (1790)

« Rapport sur le plan et l’ordre de travail du comité de liquidation », par Jean de Batz, Député de Nérac (1790)

« Un conspirateur royaliste pendant la terreur », le baron de Batz, par G.Lenotre (1896)

Documentation diverse, personnages, décors

« Correspondance entre le comte de Mirabeau et le comte de La Marck ».

« De J.J Rousseau, considéré comme l’un des premiers auteurs de la Révolution », de Louis-Sébastien Mercier (1791) ;

« Discours de remerciement aux citoyens de la section de la rue Poissonnière », par M.Buob, juge de paix (1790).

« Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes », « Le contrat social », de Jean-Jacques Rousseau.

« Étude sur l’art théâtral », de Madame veuve Talma (1836).

« Le Ci-devant noble », comédie en trois actes par M.Mercier (1791).

« Les meilleures pages de Joseph de Maistre » (1922).

« Le père Duchesne d’Hébert », de Charles Brunet (1859).

« Les victimes cloîtrées », dame en quatre actes de Monvel (1793)

« Mémoires d’une contemporaine, ou souvenirs d’une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l’Empire, etc… (1827).

« Souvenirs d’une actrice », mémoires de Louise Fusil (1774-1848).

Varennes

« La comtesse de Charny », « La route de Varennes », d’Alexandre Dumas.

« Mémoire du marquis de Bouillé », (1827).

« Mémoire de madame la duchesse de Tourzel, gouvernante des enfants de France », (1883).

« Précis historique du voyage entreprise par S.M.Louis XVI le 21 juin 1791 », par le comte de Valori, (1815)

« Varennes en Argonne » par Noelle Destremau

« Varennes, la mort de la royauté » de Mona Ozouf.

Internet 

Internet est une source très précieuse de documentation, soit sur Google livres, soit sur le site de bibliothèque nationale, Gallica (http://gallica.bnf.fr/).

Quelques université américaines proposent de nombreux livres en accès libres (http://catalog.hathitrust.org/ ou http://frda.stanford.edu/fr/catalog/mh165hf4512_00_0604?mode=flipbook). On peut les consulter en ligne ou les télécharger.

Wikipedia, n’en déplaise aux râleurs, est souvent précieux. Pour ne prendre que cet exemple, on peut voir la fameuse carte de Turgot, qui détaille les rues de Paris. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_de_Turgot).

Le très précieux site de CRISCO de l’université de Caen détaille l’étymologie des mots ainsi que leur usage commun (http://www.crisco.unicaen.fr/des/).

Le site « ATLIF » de l’université de Chicago met en ligne l’édition 1798 de l’encyclopédie universelle (http://artfl.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/CINQUIEME/cinquieme.fr.html).