Nouveauté
Jean Christophe Portes
Les enquêtes de Victor Dauterive
«Victor Dauterive, un enquêteur sous la Révolution»

Robespierre, 31 ans en 1789

Maximilien de Robespierre nait dans une famille noble mais modeste. Orphelin de mère, abandonné par son père, il entreprend de brillantes études à Arras, puis au collège Louis-Le-Grand, à Paris. L’anecdote est célèbre, où en 1775 il lit un compliment à Louis XVI, alors en déplacement officiel.

Devenu avocat, l’admirateur de Jean-Jacques Rousseau plaide souvent la cause des faibles contre les opprimés. Député du Tiers-État, il devient assez rapidement une des principales figures du côté gauche de l'Assemblée constituante. Timide à ses débuts, ses interventions sont de plus en plus remarquées, car il est un brillant orateur, à la logique implacable. Bien que moqué par la majorité de l’assemblée, il défend successivement l’abolition de l'esclavage et celle de la peine de mort, le droit de vote des gens de couleur, des juifs ou des comédiens, ainsi que le suffrage universel et l’égalité des droits, contre le marc d’argent (pour être éligible, il faut payer un impôt minimum équivalent à 3 mois d’indemnité parlementaire, une somme énorme pour la majorité des français).

Il est également l’une des figures de proue du grand club patriote de Paris, les jacobins. Au moment de la fuite de Louis XVI, il demande avec quelques autres que celui-ci soit déposé et jugé, mais sa position reste minoritaire.

La fusillade du 17 juillet 1791 marque un tournant dans la révolution : la bourgeoisie qui a pris le pouvoir ne souhaite pas d’autres avancées sociales que  celles qui ont déjà été concédées. La constitution est votée, et l’assemblée constituante dissoute. Robespierre est devenu le héros du peuple, l’homme qui ne cède rien.

Les évènements s’accélèrent au début de l’année 1792. La cour pousse à la guerre car elle souhaite une défaire militaire. Louis XVI s’appuie sur les Girondins, qui eux aussi veulent la guerre pour d’autres raisons. Robespierre est l'un des seuls à s’opposer à ce qu’il considère comme une folie : que l’on s’attaque d’abord aux ennemis de l’intérieur et à la contre-révolution, avant d’attaquer d’hypothétiques ennemis en Allemagne. Et puis la guerre pourrait favoriser l’apparition d’une dictature militaire. Une véritable prophétie !

Plus que Danton, l’homme corrompu aux idées fluctuantes, il est l’homme central de la deuxième révolution d’aout 1792, qui amène la chute du Roi et la première République…

Après la terreur et la victoire militaire, Robespierre sera éliminé. Le pays tombera dans les mains d’un dictateur, avant le retour des rois. Figure violemment controversée, il est sans conteste l’un des personnages les plus passionnant de l’histoire. Ses défauts, rigueur morale, paranoïa, ont été largement amplifiés. Ses qualités, sa hauteur de vue, ont été effacées. On le décrit comme un être malade, un fanatique, un Staline avant l’heure…